Le métier de masseur bien-être : soulager par le toucher

Sommaire

Le masseur bien-être n’est pas un professionnel de la médecine. Son activité n’est pas anecdotique pour autant ! Bien au contraire, profiter de ses talents, de son expérience, de sa connaissance des points de tension, par exemple… peut vraiment aider à se relaxer. À se sentir en phase avec son corps, notamment quand s’accumulent les tracas du quotidien.

Nous avons déjà pu vous présenter de nombreux métiers. Certains sont empreints d’une grande spiritualité. Un passeur d’âme, typiquement, intègre des notions très spécifiques à sa pratique. Le masseur bien-être opère plus… terrestrement, si l’on ose dire. Toutefois, et nous allons le découvrir ensemble, la question énergétique a sa place, selon les préférences de la praticienne/du praticien.

Vous envisagez d’ouvrir votre propre cabinet dans ce domaine ? Vous vous posez quelques questions concernant le statut de cette profession en France ? Alors respirez. Détendez-vous. Allongez-vous sur notre table virtuelle et… n’hésitez pas à poursuivre cette lecture. Nos massages sont textuels – voyons en quoi consisteront les vôtres ! 😉

le metier de masseur bien etre

Qu’est-ce qu’un masseur « bien-être » ? Pourquoi cette précision ?

Parler de masseur bien-être permet d’établir un distinguo entre…

  • … celles/ceux qui exercent la médecine, et qui peuvent attester des diplômes requis. Font partie de cette catégorie, entre autres, les masseurs-kinésithérapeutes. Ils ont un levier d’action médical, et leur intervention s’inscrit souvent dans des processus de soin complexe.

  • … celles/ceux qui mettent en application des techniques de message afin de participer au bien-être physique et psychologique de leur clientèle. Il n’est pas habilité à effectuer des actes médicaux. Néanmoins, certaines assurances acceptent cette alternative relaxante, tant qu’elle s’inscrit dans un parcours de soin plus global et qu’elle reste complémentaire.

Les experts maîtrisant le massage bien-être n’ont en réalité pas tous la même approche. Il existe (nous y reviendrons) des méthodes dites « suédoises ». D’autres appliquent les préceptes du shiatsu. Pour autant, quelques principes rassemblent tous les professionnels du métier :

  • Il est toujours question (si les choses sont faites correctement !) de donner du sens à chaque séance. La communication importe beaucoup. Le masseur bien-être ne se contente pas de « toucher » mécaniquement, sans tenir compte des particularités du client.

  • Bien qu’il ne soit pas obligé de suivre des cours de médecine à l’université, ce praticien doit connaître l’anatomie, la physiologie et leurs subtilités. Ainsi, ils peuvent travailler en toute sécurité sur des zones délicates : les muscles, les articulations, les zones à proximité des systèmes circulatoires/lymphatiques, etc.

  • Nous y reviendrons : une véritable éthique organise la pratique du métier. Une série de codes est édictée – des codes de déontologie, donc.

Nous avons esquissé le « tronc commun ». Observons de plus près… les différentes branches de l’arbre ! Autrement dit, quelques traditions venant différencier les masseurs bien-être.

Masseur bien-être : quel est son rôle ?

Si vous avez bien suivi nos explications jusqu’ici, vous avez déjà quelques éléments de réponse en tête 😊. Il paraît tout de même essentiel de récapituler les objectifs visés, en rappelant qu’ils peuvent varier :

  • La réduction du stress, une perspective très récurrente dans le cadre des métiers du bien-être. Attention : un rendez-vous ne s’apparente pas à un coup de baguette magique. La personne doit prendre des mesures parallèles si elle souhaite jouir durablement d’une nouvelle sérénité.

  • L’amélioration de la circulation sanguine est aussi l’une des vertus du On en vient à stimuler les tissus mous, et par-là même à favoriser l’oxygénation des cellules.

  • Sur un plan plus spirituel, la masseuse ou le masseur bien-être va contribuer au déblocage énergétique. Les gestes ne s’improvisent pas, naturellement : ils sont pensés pour « traiter » les zones où la circulation semble compromise.

  • Cette pratique invite également à conscientiser la pleine présence. Dès lors, plusieurs séances sont souvent nécessaires afin que la cliente/le client renoue avec son « soi » subtil.

Vous l’aurez compris : l’établissement d’une relation de confiance paraît absolument indispensable. Afin de pratiquer cette profession dans les meilleures conditions, il y a quelques grandes étapes à suivre.

Commençons par répondre à une question récurrente : le métier de masseur bien-être est-il réglementé en France ?

Masseur bien-être en France : quelle réglementation ?

Théoriquement, tout français majeur et autonome a la possibilité de « s’auto-proclamer » masseur bien-être. Et pour cause : il n’existe pas de prérequis.

Pour autant, nous ne vous recommandons pas de prendre un tel raccourci. Sans forcément emprunter une voie académique au sens strict, il est très précieux de viser la certification.

La Fédération Française de Massages Bien-Être accorde justement une place très importante à (nous citons) « la reconnaissance et [l’]encadrement des professions du massage ». Comme c’est le cas pour d’autres métiers, cette mise en commun a pour but de légitimer l’exercice de celles/ceux qui font ce métier avec diligence et passion.

Il y a même, à l’origine du « mouvement », une forme de militantisme :

« Au tout début, ce fut un militantisme de résistance face aux procès en illégitimité attentés contre la profession, notamment par l’ordre des masseurs-kinésithérapeutes. Puis, la reconnaissance juridique faisant son chemin, s’y est adjoint un militantisme pour promouvoir le massage dans la société française et faire connaître ses bienfaits ».


La France accuse un certain retard dans l’acceptation et l’intégration des métiers du bien-être. Toutefois, cette réticence se ressent surtout au niveau juridique et institutionnel. La population, elle, toutes nuances gardées, place une confiance grandissante en ces approches alternatives.

Cette confiance doit vraiment être préservée. Ainsi, afin d’exercer la profession de masseur bien-être, il est crucial de suivre une formation en amont.

Quelle formation faut-il suivre pour être masseur bien-être ?

Puisqu’il n’y a pas de crédits précis à valider ou de titres consacrés, vous pouvez envisager plusieurs formations, selon vos préférences.

Ce qui importe, c’est que l’organisme concerné soit reconnu officiellement et, de préférence, qu’il soit reconnu par la qualification QUALIOPI.

N’hésitez pas à nous contacter. Nous pouvons vous conseiller des écoles fiables, dont la démarche pédagogique a déjà fait ses preuves.  

Quoi qu’il en soit, cette phase d’initiation doit permettre d’acquérir ou de développer plusieurs compétences essentielles. Elles concernent toute masseuse et tout masseur bien-être, quel que soit la technique privilégiée.

Qu’est-ce qu’un masseur bien-être apprend pendant sa formation initiale ?

  • Dans la logique de ce que nous décrivions un peu plus tôt, un segment théorique s’impose. Comprendre la structure et du fonctionnement du corps humain est incontournable.

    De même, selon les établissements, certaines méthodologies sont présentées de manière plus approfondie. Les formateurs témoignant d’une sensibilité supérieure à la spiritualité orientale d’antan pourraient décider de transmettre l’art du massage ayurvédique, par exemple.

  • Quand sonne l’heure de la pratique, l’apprenti(e) s’entraîne à imprimer les bons Certains gestes sont connus pour produire des effets particuliers. Sur le plan matériel, on peut avoir recours à des huiles spécialement choisies.

  • Ne négligeons pas le chapitre éthique. Un professionnel mettra l’écoute et l’empathie au centre de son accompagnement thérapeutique. Il se gardera de tout jugement. Il est primordial de conscientiser les limites relatives au contact. L’interaction tactile demande une prudence, un respect et une pudeur de tous les instants.

  • Au-delà du massage en tant que tel, il y a plusieurs apports spirituels à envisager. Celle ou celui qui se forme va explorer l’univers de la relaxation. Elle/il comprendra l’importance du contexte (ambiance sonore, odeurs) – un contexte propice à la détente. Car les implications psychologiques ne sauraient être sous-estimées.

Comment exercer officiellement en tant que masseur bien-être ?

Face à toutes ces précisions, vous pourriez nourrir des doutes. N’est-il pas, finalement… compliqué de se professionnaliser dans cette branche ? Rassurez-vous : même s’il y a beaucoup d’efforts à fournir, le jeu en vaut la chandelle.

Ce métier ne revient pas uniquement à offrir une douce parenthèse revigorante aux clientes/clients. Vous pouvez, humblement mais sincèrement, marquer une différence – ne serait-ce que sur le plan énergétique et vibratoire.

Nous espérons que ces arguments vous motiveront à entreprendre les démarches administratives indispensables. Même sans reconnaissance étatique, l’inscription auprès de l’Urssaf reste obligatoire. En suivant ce lien, vous vous retrouverez face au « carrefour » central. Celui qui donne accès à toutes les phases d’enregistrement.

Selon le registre de Coover, le code NAF (APE) relatif à ce métier est le 9604Z. Cela correspond aux services « d’entretien corporel ».

Ne retardez pas trop ce marathon – tout pénible qu’il soit. Sans une place officielle au registre des entreprises (en tant que micro-entrepreneur ou auto-entrepreneur, en l’occurrence), vous ne serez pas autorisé(e) à facturer vos prestations. Vous rencontrerez aussi des difficultés sur le plan fiscal.

Comment trouver des clients en tant que masseuse ou masseur bien-être ?

La popularité grandissante de cette pratique… doit vous faire « redouter » (ou en tout cas anticiper !) une concurrence sur le marché. Afin de gagner en visibilité, pourquoi ne pas explorer les pistes suivantes ?

  • Participez à des salons. Grâce à ces événements, vous aurez l’occasion de mettre en avant votre singularité. Pensez à consulter nos publications 😉. Nous organisons régulièrement des rencontres porteuses et fédératrices.

  • Ne négligez pas totalement la publicité traditionnelle. Bien sûr, les réseaux sociaux et les fiches Google mènent la danse depuis quelques années. Le bon vieux papier n’a pas tiré sa révérence pour autant. Quelques flyers ou affiches établissent un lien de proximité avec les prospects.

  • Songez à développer votre propre site web. Ou à le faire développer, si vous préférez ! Cela renforce l’image de marque du cabinet. C’est aussi un moyen (en coordination avec les apps) de faciliter la prise de rendez-vous.


Il faudra patienter avant qu’une foule ne se presse devant vos quartiers généraux. Cependant, ne repoussez pas votre « campagne » promotionnelle. Elle se mariera naturellement au bouche à oreille. 😉

Masseuse ou masseur bien-être : à vos mains, prêt(e) ? Aidez !

On réduit trop souvent le massage à une activité que l’on « caserait » entre deux phases d’une virée shopping. Or la réalité se veut bien plus complexe… et riche ! En exerçant la profession de masseur bien-être, vous intégrez forcément une part de spiritualité à vos interactions.

Avant de vous lancer dans une formation, assurez-vous de capturer l’essence du métier. Parfois, notamment par rapport aux questions énergétiques, les rendez-vous sont épuisants et exigeants. Il faut prendre soin de soi lorsqu’on cherche à aider les autres le plus efficacement possible.

Vous avez des questions ? Vous êtes prêt(e) à franchir le pas et à rencontrer vos premiers clients ? Nous restons à votre entière disposition. En vous souhaitant un plein succès ! En ces temps complexes, rien ne vaut un bon massage pour rassembler ses esprits, non ? 😊

  • Aucun avis pour l'instant.
  • Ajouter un commentaire
    Article publié par :
    Articles récents
    Recevez l'actualité du bien-être et du développement personnel (Salon, stages, formations...)
    et votre Ebook Offert !

    Recevez gratuitement 14 activités de bien-être et de développement personnel proposées par des professionnels