La trame : définition de cette pratique énergétique

Sommaire

La trame est à la fois un concept et une pratique ; c’est aussi un sujet passionnant, que nous vous invitons à découvrir tout au long de cet article. Absolument empreint de spiritualité, ce principe invite à penser le corps, son fonctionnement (ou son dysfonctionnement…) selon une perspective holistique mettant l’équilibre, l’harmonie au cœur des préoccupations.

Ce petit guide permet de se familiariser avec… un guide ! Petit à petit, cette affirmation cryptique va vous paraître bien plus claire. Nous allons revenir sur les fondamentaux de la trame. Son origine, sa promesse initiale, sa pratique…

Alors, quelles sont les spécificités de cette méthode thérapeutique ? Quels bénéfices une cliente ou un client peut-il en tirer ? Voilà tout ce qu’il est important (et passionnant !) d’apprendre à ce sujet.

la trame pratique énergétique

Qui a conceptualisé la trame ? Une brève histoire de cette pratique… et de son premier praticien

Aux confluents des idées « new-age » et de traditions millénaire, la trame a été théorisée en 1990 par Patrick Burensteinas, une personnalité polyvalente. À la fois alchimiste et auteur, orateur et expert en « communication symbolique », il fait partie de ceux qui cultivent une vision nuancée de l’existence, au-delà des étiquettes et des évidences.

Ce français est né à Paris en 1956. Nous ne déploierons pas sa biographie complète, mais quelques éléments méritent d’être mentionnés. Ils aident à mieux comprendre, à mieux cerner la genèse de la notion qui nous intéresse ici.   

La trame est affaire de circulation, par là-même de transmission. Dans ces deux domaines, si on ose l’expression, Monsieur Burensteinas en connaît un rayon. En plus d’être un éternel observateur, il intervient également en tant que formateur.

Si vous avez déjà lu certains de nos articles, vous le savez : nous accordons une place importante à l’acquisition des savoirs. Les métiers du bien-être sont souvent réduits par les médisants à un assemblage de croyances. Or il y a bien une méthodologie, une approche fine à adopter pour aider l’autre dans son parcours, pour l’accompagner vers une plus grande sérénité physique et psychique.

Patrick Burensteinas met très régulièrement l’accent sur cette idée d’accompagnement. Que ce soit à travers se nombreux ouvrages (La bibliothèque perdue, Un alchimiste raconte, La trame : se soigner par l’énergie du monde) ou lors de ses conférences, il partage ses techniques, ses expériences, sans tomber dans la prétention malgré son niveau de reconnaissance.

Poète, alchimiste, thérapeute… l’exhaustivité d’un humaniste

Monsieur Burensteinas le dit lui-même : c’est un praticien, et non un médecin. Et cela semble lui correspondre parfaitement. Gageons que s’il avait embrassé une carrière plus conventionnelle, cet homme aux mille casquettes se serait senti (très) limité dans son champ d’action.

Le mot holistique, que nous avons déjà mentionné un peu plus tôt, définit très bien le parcours et les activités de ce personnage sur tous les fronts. En effet, pour reprendre la définition de Linternaute, l’holisme est une « doctrine considérant les objets, les concepts comme appartenant à un tout ».

En l’occurrence justement, Patrick Burensteinas a élaboré une pratique au confluent de domaines très variés. Littérature, gestes thérapeutiques, réflexions philosophiques… tout cela pourrait sembler éparpillé. Et pourtant. Il y a… une trame, justement. Une colonne vertébrale qui invite à concevoir, à vivre l’univers pleinement.  

Il est temps d’en dire davantage à ce sujet. En précisant un point important au préalable : aucun des propos tenus au fil de ce billet ne visent à encourager un renoncement à la consultation médicale. Il faut, en cas de doutes, de symptômes importants observés, s’en remettre aux prescriptions d’un spécialiste. On parlera d’un complément. Un complément qui a déjà contribué au bien-être de nombreuses personnes.

La trame : une définition simple

Le mot « trame » est à comprendre dans un sens métaphorique.

Pour cerner les enjeux de cette pratique appartenant à la catégorie des thérapies énergétiques, il faut se représenter un « plan d’information » (nous reprenons ici les termes officiels) qui, idéalement, permet de distribuer de précieuses informations au corps, à ses organes, à ses cellules.

Vous avez peut-être déjà entendu parler de la trame dans une histoire. Cela se rapporte à un fil conducteur, à une intrigue. En couture, la trame correspond à un ensemble… de fils, encore une fois, qui composent un tissu, et qui sont indispensables à l’intégrité, à la structuration de ce dernier.

Oui, dans tous les cas, cette expression renvoie à une idée d’interconnexion. La complexité, la diversité (de l’anatomie, par exemple) peut trouver son harmonie grâce à la présence d’un élément unificateur.

Le thérapeute ne va pas introduire ou « ajouter » cette structure, mais contribuer à la réaligner, à la rééquilibrer. Il va appliquer des gestes codifiés, déterminés, qui viennent désentraver petit à petit les différentes zones « nouées », bloquées.

Quel est l’objectif principal d’une séance de trame ? Est-ce un massage ?

À première vue, une séance de trame ressemble à un massage. Or il faut les distinguer. Le massage ne répond pas nécessairement à un schéma précis. Il vise à détendre via une série de frottements, de pétrissages, de pressions… qui connaissent de nombreuses déclinaisons.

Quelqu’un qui pratique la trame se focalisera uniquement sur ce réseau, justement ; sur cette voie de circulation. Il va accompagner la cliente/le client dans sa quête du bien-être en libérant ses émotions. C’est presque comme si à force de s’incruster, de s’accumuler, les ressentis provoquaient des « embouteillage » le long de notre route interne.

La praticienne ou le praticien est un agent de la circulation bien particulier, aidant à fluidifier un trafic énergétique perturbé.

Quelles sont les étapes d’une séance de trame ?

Une séance de trame suit un rituel prédéfini. Elle ne laisse aucune place à l’improvisation. La personne bénéficiant de cette approche se couche sur le dos, et se laisse toucher (évidemment de manière totalement éthique et respectueuse) par la/le thérapeute.

C’est là qu’interviennent les fameux gestes. On en compte seize, répartis sur une session de trois quart d’heure. Ce rééquilibrage tactile s’applique à l’ensemble du corps.

D’une certaine manière, on retrouve les inspirations, le « background » scientifique de Patrick Burensteinas dans cette systématisation rigoureuse. Il montre ici que la spiritualité, lorsque pensée et vécue de manière honnête, n’est pas toujours une série d’élucubrations et de pensées éparpillées. N’en déplaise aux plus cyniques.

Maintenant que nous avons mis en exergue la méthodologie, qu’en est-il des objectifs visés ? Vous avez sûrement, à ce stade, une petite idée. Voyons si elle va se confirmer.

La trame : définition de cette pratique énergétique - 2024

Les bienfaits d'une thérapie énergétique avec la trame ?

La trame désigne à la fois le concept et la pratique, ce qui prête potentiellement à confusion. Ainsi :

  • En ce qui concerne « la trame » elle-même, son rôle est de faire circuler les énergies.
  • Lorsqu’un(e) praticien(ne) intègre la trame à sa rencontre avec les clients, elle/il l’aide à retrouver l’harmonie

    Les bienfaits varient alors considérablement d’une personne à l’autre. Ils dépendent des besoins ressentis, des problèmes rencontrés.

Mettons en exergue ce qui mène souvent une personne à rechercher cette thérapie :

  • Le besoin de réduire son stresse et son anxiété.
  • La recherche d’une meilleure confiance en soi ; plus globalement le désir d’améliorer ses relations interpersonnelles.
  • La volonté de dépasser certains traumas. Ceux-là même qui restent « enfermés » à certains points du corps.
  • La quête d’une plus grande clarté au quotidien. Parfois même d’une spiritualité. La recherche de repères, car la personne se sent perdue.

À l’instar de ce qu’on observe pour les métiers du bien-être en général, il est précieux qu’une discussion s’organise en amont. Elle contribue à déterminer les objectifs de développement personnel, pour que la trame s’inscrive dans une démarche consciente. Le rapport de confiance se construit, et doit s’entretenir tout au long de la collaboration.

La trame : est-ce que ça fonctionne ? Quels sont les avis ?

Naturellement, l’efficacité de cette pratique dépend d’une constellation de critères. Ce n’est pas un appareil dont on dirait qu’il « marche » ou ne « marche » pas.

Quoi qu’il en soit, concernant l’efficacité de la trame, on peut dire que…

  • Celle/celui qui se rendrait à une séance pétri(e) de doutes… ne ressentira probablement aucun effet. Et pour cause : la dualité corps/esprit importe beaucoup. Il faut s’ouvrir à l’idée ; l’accueillir pour se préparer. On ne peut exclure quelques améliorations malgré un scepticisme léger. Mais si vous n’accordez aucun crédit à la trame… peineront à en profiter.

  • Cette séance, parfois décrite comme intense, portera d’autant mieux ses fruits si la cliente/le client poursuit le travail. La méditation, le yoga, ou tout simplement les exercices de respiration aident à maintenir ce nouvel équilibre

  • Il faut nourrir des attentes raisonnables quant à l’issue d’un rendez-vous. La trame ne guérit Elle contribue au bien-être. Cela suppose, dans le même état d’esprit, l’observation d’une certaine patience.

Voilà en tout cas plus de trente ans que cette méthode convainc. Les avis à son propos restent éminemment liés aux thérapeutes qui proposent cette alternative. Et ils se révèlent majoritairement positifs.

Il faut dire qu’une telle vocation ne s’embrasse pas sur un coup de tête. Cela requière une vraie sensibilité. Et une confiance en ses capacités.

La Trame : un vrai don de soi

Une étude extrêmement récente a été menée par Madame Misha Schroetter. Elle vise (notamment) à mettre en lien la trame et une autre pratique sur laquelle on ne s’attardera pas ici : le Zinen Quiqong.

Tenant sur près de 400 pages, ce travail de recherche regorge d’informations, d’observations, de comparaisons passionnantes. L’auteur nous emmène notamment à la rencontre des praticiennes et praticiens de la Trame, qu’il nomme d’ailleurs tramistes.

Manifestement, cette méthode implique aussi et toujours une part de mystère pour celles/ceux qui la mettent en application. À ce titre, « faire des Trames évolue dans le temps pour les praticiens, ils apprennent au fil des années, par empirisme (n.d.l.r : observation) (…) les témoignages sont aussi nombreux chez les tramistes [concernant] des phénomènes qu’ils n’expliquent pas ou auxquels ils ne s’attendaient pas ».

Cette interaction avec le « circuit » énergétique ne revient pas à appliquer un pansement ou à administrer un médicament. La circulation énergétique, subtile par définition, se traduit selon mille nuances.

L’exemple de Michèle : entre le chaud et le froid

Ainsi Michèle, l’une des praticiennes évoquées dans l’étude, a décrit des « sensations de toucher qu’elle n’avait jamais eu avec d’autres patients pendant une Trame », un « grand froid » très spécifique à une cliente souffrant de fou-rires incontrôlés. Plus étonnant encore : au même moment, ladite cliente a ressenti un chaud intense.

Si Patrick Burensteinas a vent de cette histoire, il n’en sera sans doute pas étonné. L’alchimie, synonyme de transformations, suppose la rencontre des opposés, des contraires afin de rétablir, de créer un équilibre nouveau.

Et si, par ses gestes, Michèle avait communiqué une chaleur propice au rétablissement du flux ? Et si cela expliquait la sensation vécue par celle qui profitait du contact expert ?

Nous laissons ces questions à votre réflexion. Retenons que cette pratique spirituelle résiste à la banalisation. Même s’il y a une marche à suivre, il y a autant d’expériences que de personnes cherchant un déblocage. Tant que la/le tramiste sait faire preuve d’humilité, tant qu’il se garde de promettre monts et merveilles… il peut constituer un guide précieux

Pratiquer la trame comme une forme de guidance spirituel

Nous terminerons notre explication sur cette idée de guidage. Elle résume de manière satisfaisante la démarche d’un praticien de la trame. Aidant à retrouver le fil, à en rétablir le fonctionnement, la/le tramiste accompagne sur le chemin de la découverte personnelle, voir sur celui du développement spirituel.

Chaque individu, à l’aulne de sa propre histoire et de ses défis intimes, trouvera dans cette technique l’occasion d’explorer, de comprendre, de transformer ses expériences antérieures… et intérieures.

Le thérapeute veillera à créer un environnement sûr, placé sous le signe du respect. Ainsi les personnes peuvent s’engager dans une quête personnelle. Puis la prolonger…

  • Aucun avis pour l'instant.
  • Ajouter un commentaire
    Article publié par :
    Articles récents
    Recevez l'actualité du bien-être et du développement personnel (Salon, stages, formations...)
    et votre Ebook Offert !

    Recevez gratuitement 14 activités de bien-être et de développement personnel proposées par des professionnels